Élisabeth Turgeon






Centre Élisabeth Turgeon

Le Centre Élisabeth Turgeon a pour objectif de promouvoir la dévotion envers Marie-Élisabeth Turgeon. Il est un lieu d'accueil des visiteurs au tombeau, un lieu de prière, de recherche et d'études au service de la cause de canonisation. Le Centre est ouvert tous les jours. Les Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire et les personnes associées à leur Congrégation y apportent une collaboration indispensable et enthousiaste.

Centre Élisabeth Turgeon
300, allée du Rosaire, Rimouski, Québec, Canada,
G5L 3E3

Téléphone : 418 723-2705
Télécopieur : 418 724-0922
Courriel : ceturgeon@soeursdusaintrosaire.org

L'éditorial Élisabeth Turgeon

2016-11-05

En Matthieu, les huit béatitudes sont pour Jésus le chemin qui conduit à la perfection de Dieu et qui mènent au bonheur véritable. Elles permettent de jouir de sa présence en ce monde et en l’autre Elles sont à la fois des dons de Dieu et des tâches que nous devons essayer d’accomplir.

L’expérience de vie d’Élisabeth Turgeon nous éclaire sur le sens des Béatitudes et nous montre la profondeur de son amour pour Dieu et de son intimité avec Jésus, son Époux. Jésus chemine avec elle, c’est grâce à sa présence qu’il lui est possible de concevoir les Béatitudes comme la voie qui mène à une vie heureuse et accomplie.
 
Heureux ceux qui  ont une âme de pauvre,  car le Royaume des cieux est à eux. (Mt 5, 3)
 
Pauvre, sous la plume de Matthieu, désigne les gens qui ne comptent pas sur leurs forces personnelles, car ils n’ont pas grand chose dont ils pourraient se glorifier, ou sur quoi s’appuyer, mais ils sont sûrs du Seigneur, de sa bonté, de sa puissance, de sa miséricorde. Il s’agit donc de ceux et celles qui ont mis toute leur espérance en Dieu seul. (Cardinal Martini) Marie Élisabeth ne disait-elle pas : L’humilité et la confiance en Dieu peuvent tout. (Sentence, no 121) et ne reconnaît-elle pas que la pratique de la vraie humilité donne la paix intérieure et le bonheur au milieu de toutes les épreuves? (Sentence, no 123)
           
La personne qui est pauvre en esprit renonce à tout vouloir maîtriser et contrôler. Elle est ouverte à la souveraineté de Dieu. Là où Dieu demeure en elle, se trouve aussi la possibilité d’entrevoir le royaume des cieux. En elle ce ciel existe comme un espace immense de liberté, de plénitude et d’amour. La pauvreté n’est pas une négation de la vie. Elle est avant tout simplicité et liberté par rapport aux choses de ce monde. (Anselm Grün)
 
Élisabeth, comme fondatrice, accepte avec une foi profonde et généreuse une pauvreté voisine de la misère. Elle est entièrement soumise à la volonté de Dieu; sa charité envers ses compagnes est faite de douceur, de zèle et de don complet d’elle-même.
 
La pauvreté matérielle devient pour Élisabeth un contexte à un meilleur contact avec Dieu et une plus grande pauvreté intérieure. N’est-ce pas la pauvreté intérieure qui conduit les âmes à l’esprit des béatitudes? Pour sa part, Sœur Marie Élisabeth les a vécues de façon héroïque et exemplaire. (Positio, p. 820)
 
Élisabeth a développé une confiance permanente en la Providence. Sa pauvreté extérieure et intérieure a permis au Seigneur de la libérer.
 
Ann Adams, R.S.R.


- 2 - 3 - 4 - 5 - 6 -