×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2021-10-11
                             Au-delà de soi...
 
De nos jours, on entend souvent des gens qui affirment tout joyeux : « Je me suis retrouvé! » Cela, grâce à une avancée en âge ou à une interruption d’activités fébriles.
                                       

Cette découverte est comblante, telle :
 
  • Un élan caché qui refait surface...
  • Une sagesse qui apaise les parcours de vie...
  • Une valeur précieuse qui englobe tout l’être...
  • Une fidélité première qui réchauffe le cœur...
 
Cette expérience est à la fois au-dedans et au-delà de soi... Mystérieuse, elle est encore possible.
 
Demeurer à l’écoute de soi-même, c’est trouver l’harmonie intérieure et sans doute, Dieu...
 
Inspirés par saint Augustin, on peut dire :Dieu, tu es plus intime à moi-même
que moi-même.
 
Parole, actuelle, libératrice et réconfortante.
Qu’elle le soit tout entière pour vous!...
 
                                                           Lisette d’Astous, R.S.R.
                         

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2021-10-11
 
 
ITINÉRAIRE SPIRITUEL DE LA SERVANTE DE DIEU
(Extrait de la Positio, chapitre V11, pages 361 – 362)
 
 
Mère Marie Élisabeth nous apprend donc
à rechercher la sainte volonté de Dieu,
à l’accueillir et, surtout, à y conformer
notre agir quotidien.
(V. infra, 32 p. 421)
 
« Dieu ne nous demande pas de réussir.

Il exige tout simplement
Que nous fassions de notre mieux
(Mgr Tessier)
                            
CENTRE ÉLISABETH-TURGEON

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2019-10-28

En septembre 2019,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

2021-10-11
La dispute des fruits
 
Un beau matin, dans un frigo d’une maison, les fruits se disputent. La pomme dit : « Je suis le fruit le plus important du monde! Je suis délicieux et je peux être rouge, jaune ou verte. »

« Non, répond l’ananas, le meilleur fruit, c’est moi. Je suis le roi des fruits, je porte une couronne. »
 
« Mais tu es acide » répond la pomme.
 
« Pas la peine de vous disputer, dit la poire. Je suis le fruit le plus important. J’ai un corps parfait. »
 
« Ça suffit, dit la banane. Je suis le fruit le plus parfait. Tout le monde m’aime. Tout le monde peut me manger, les bébés et les vieux. Je suis douce et sucrée. »
 

Et la dispute continue pendant toute la matinée. Tout à coup, François entre dans la cuisine, ouvre le frigo et prend tous les fruits. Il les coupe et en fait une délicieuse salade de fruits. Depuis ce jour, les fruits ont compris que tous sont bons et que la forme ou la couleur n’ont pas d’importance.

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

2021-08-06
Je m’appelle Olivier.
 
Tous les matins, je me réveille à 6 heures et demie. Mais j’aime beaucoup dormir alors je me lève à 7 heures.
 
Ma mère me dit toujours : « Olivier! Dépêche-toi! »
 
Alors, je saute de mon lit, je m’habille très vite. Je prends mon petit-déjeuner, je cours dans la salle de bain à 7 heures et demie. Je me lave les dents et je sors de la maison à 8 heures. 
 
Je vais à l’école en voiture avec mon père.
 
L’école commence à 8 heures et demie.
À l’école, j’écoute bien mes professeurs et je travaille. À midi, je dîne très vite, parce que j’adore jouer avec mes amis.
L’après-midi à 16 heures, je rentre à la maison.
 
Je suis très fatigué. Je veux jouer, mais j’ai toujours des devoirs. Je commence mes devoirs à 18 heures et je finis à 19 heures.
Je veux dormiiiiir! Mais non ! je ne peux pas dormir parce que c’est l’heure du souper. Alors je mange avec ma famille dans le salon à 20 heures.
 
À 21 heures, je me douche, je me lave les dents très vite et je me couche à 21 h 30. OUF!
 
Texte pris sur le Web

Tout voir




Écho des personnes associées

2021-06-05
RÉFLEXION

 « Quel PAS sommes-nous prêts à RISQUER ensemble                                                              
Pour garder vivante la mission confiée et pour assurer l’avenir
De l’Œuvre des personnes associées R.S.R. ? »     
             
Telle était la question à partir de laquelle les personnes associées étaient invitées à réfléchir lors de la 3e étape de la démarche préparatoire au Chapitre général, prévu en 2020.  Le  groupe  de personnes  associées R.S.R. de Dégelis accepte de publier le fruit de sa démarche. Voici le texte que la personne-guide, madame Pauline Turcotte, a fait parvenir à l’équipe de Rimouski.

Quel pas à risquer?...                   

Le pas à faire serait celui de la transformation de l’eau (nous) en vin nouveau (Jésus). Se laisser transformer par Jésus et par Marie pour devenir de plus en plus semblables à Jésus (Vin nouveau) par nos morts à nous-même et par plusieurs petits pas à faire pour y parvenir, à travers l’Œuvre des personnes associées R.S.R.

Un pas dans la fidélité, la persévérance à se rencontrer comme groupe, malgré les autres engagements et la diminution du nombre de personnes qui participent. Se réunir plus souvent, plus régulièrement.

Un pas dans la prière, seul ou en groupe. Se donner des moments de silence, d’adoration, des moments pour contempler la Parole. Réciter ensemble un chapelet. Marie étant la première Supérieure de la Congrégation R.S.R., comme le voulait Mère Élisabeth, il est normal qu’elle soit aussi à la première place dans la vie de l’Œuvre des personnes associées R.S.R.

Un pas dans la confiance que l’Esprit Saint nous guide, nous conduit et nous transforme.
          
Un pas dans l’espérance qui nous garde tournés(ées) vers l’avenir.                                                          

Un pas dans le partage, partage de la Parole, de nos expériences, de nos engagements.

Un pas dans la fraternité en gardant des liens avec les autres groupes soit lors d’une mini-retraite, d’une visite, d’un petit rassemblement entre groupes ou lors d’une rencontre à Rimouski une fois par année. Le contact humain est important certes, mais on pourrait aussi, à l’occasion, recourir à des moyens technologiques (Messenger, Skype…) pour se donner des nouvelles.

Un pas dans la tendresse en imitant Marie qui demeure attentive aux besoins de son peuple. Elle qui contemplait, priait, travaillait, elle savait aussi marcher vers les gens de son village pour les accompagner, les aider.    
Entendre et accueillir l’invitation de Mare à « faire tout ce qu’il nous dira » son Fils…

À l’exemple de la Bienheureuse Élisabeth et des religieuses de la Congrégation R.S.R. qui manifestent, par leur accueil, qu’elles se soucient des personnes en premier, apprenons à exprimer la tendresse attractive de Dieu en donnant toute son importance à la personne, comme étant un nouveau lieu d’évangélisation.

Un pas dans la joie et la reconnaissance pour ce lien d’appartenance qui nous unit à la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire et à ses racines.

 
Rendons grâces au Seigneur pour ce privilège! 

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2021-10-11
Clin d'œil sur les lieux de missions
des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire
 
 
Notre-Dame du Sacré-Cœur, Rimouski

Fondation : Le 22 septembre 1944, trois religieuses arrivent à la paroisse Notre-Dame du Sacré-Cœur de Rimouski.
 
Clientèle scolaire : Jusqu’au mois de décembre, les sœurs logent chez une dame de l’endroit et reviennent à la maison mère pour la fin de semaine. Elles reçoivent leurs élèves à la salle paroissiale, seul local disponible à ce moment. Quel bonheur de prendre possession, en décembre, des nouveaux locaux au couvent enfin prêt! D’année en année, la clientèle scolaire augmente : en 1957, on restaure l’école et la salle de communauté se transforme en classe pour les élèves plus âgés; en 1958, on ouvre une classe temporaire à la salle paroissiale, car 112 élèves s’inscrivent déjà, en 1959, une nouvelle école est construite pour accueillir 132 élèves de tous âges. En septembre 1965, l’inscription dénombre 311 élèves répartis en 10 classes : 4 à l’École d’Auteuil et 6 à l’École Notre-Dame.
 
Œuvre : Les religieuses s’adonnent à l’enseignement au primaire et au secondaire. La musique, les expositions ménagères, les journées pédagogiques, les réunions parents-maîtres et les nouvelles méthodes de catéchèse et de français : Méthode Dynamique, tout favorise le succès et la joie des professeurs et des élèves. Diverses associations sont organisées : Archiconfréries du Saint-Enfant-Jésus, Croisade de Notre-Dame du Saint-Rosaire, Garde d’Honneur du Sacré-Cœur, Apostolat de la prière et la Pieuse Union de la Bonne Mort.
 
Présence : De 1944 à 1966, les religieuses ont accompli avec dévouement leur mission d’éducatrices dans la paroisse de Sacré-Cœur. Fait remarquable à noter : le 19 avril 1882 l’école Notre-Dame du Sacré-Cœur se classait comme troisième mission de notre jeune Institut, mais qui ferma ses portes le 3 juillet 1882... Le retour après 62 ans, fut apprécié et fructueux!
 
Mission du Bic
 
Fondation : Le 22 août 1945, quatre religieuses arrivent à la paroisse Sainte-Cécile du Bic pour dispenser l’enseignement et prendre la direction des classes de l’École du village.
 
Clientèle scolaire : Dès le 3 septembre, 190 élèves (6 classes) sont accueillis par 3 religieuses et 4 institutrices laïques. En 1955, on déménage dans une école neuve à laquelle on ajoute une classe, en 1968. En 1972, les religieuses quittent définitivement la paroisse du Bic et cèdent leurs locaux à la Commission scolaire. Cependant, 2 sœurs continuent d’enseigner tout en demeurant à l’extérieur de la paroisse du Bic.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement, diverses associations et organisations voient le jour : Mouvement d’Action Catholique, Association Parents-Maîtres, réunions pédagogiques. Les élèves s’inscrivent aussi : Archiconfrérie du Saint-Enfant-Jésus, Apostolat de la prière, Garde d’Honneur du Sacré-Cœur et Croisade de Notre-Dame du Saint-Rosaire.
 
Présence : De 1945 à 1978, les religieuses sont présentes dans la merveilleuse paroisse de Sainte-Cécile du Bic. Elles y accomplissent leur mission d’éducation, sans cesse préoccupées par le succès pédagogique de leurs élèves et la croissance personnelle, ajustée aux possibilités de chacun d’entre eux. Le paysage admiré par les explorateurs européens, Jacques Cartier et Samuel de Champlain demeure un lieu touristique remarquable! Le Parc national du Bic avec ses caps et ses îles, le Centre de golf, le camping, le Pic Champlain haut de 346 mètres vous invitent à devenir explorateurs, à votre tour!
 
Sainte-Félicité
 
Fondation : Le 20 août 1946, trois religieuses arrivent à Sainte-Félicité. Elles reçoivent le mandat de porter un aspect de la mission de l’Église : annoncer la Parole de Dieu à tous, en priorité chez les jeunes. Elles « se préoccupent du développement intellectuel en assurant une continuité dans les objectifs de l’enseignement scolaire ».
 
Clientèle scolaire : Peu de détails sont donnés sur les clientèles scolaires de l’époque. Mais toujours la mission d’éducation et d’instruction des jeunes est au cœur du travail des religieuses. En 1983, on note une étroite collaboration avec les institutrices laïques aux écoles du village. La direction est assurée par une religieuse qui sait apporter à la vie scolaire : compréhension, amabilité et encouragement à l’ensemble appelé : élèves-parents-maîtres. On initie à la relation à Dieu par la nature, dont le Cercle des Jeunes naturalistes, et l’art de la musique. De 1970 à 1983, une religieuse offre son expérience et sa compétence aux élèves qui ont besoin d’aide, afin de reprendre goût à la vie scolaire.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement au primaire et au secondaire les religieuses s’engagent avec ardeur dans la pastorale paroissiale. Toujours, elles s’intègrent avec bonheur à la vie sociale, culturelle et religieuse des gens sympathiques de Sainte-Félicité.
 
Présence : De 1946 à 2001, les religieuses ont accompli leur mission dans le village de Sainte-Félicité. Village où « les gens s’adonnent à l’exploitation forestière, à la coupe du bois dans les moulins, à la  culture  du sol, à l’élevage des bestiaux et à la pêche hauturière ».
À savoir que l’origine de ce lieu est connue sous le nom de « Pointe au Massacre » relatant le naufrage d’un navire de la flotte de Walker, en 1711. En 1860, sainte Félicité, elle qui a su encourager ses 7 fils lors de leur martyr, devient la patronne de la paroisse. Aujourd’hui, la municipalité de Sainte-Félicité, implantée sur le littoral de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent près des monts Chic-Chocs ne cesse de charmer les visiteurs!
 
                                                                                              Lisette d’Astous, R.S.R.
 
              

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire